Retours par notre jeune délégué.e

Actu

Conférence Européenne de La Jeunesse à Prague

23.09.2022

Du 11 au 13 juillet 2022 s’est tenue la deuxième Conférence Européenne de la Jeunesse du 9ème cycle de dialogue structuré à Prague.

Une partie importante de la conférence a été dédiée au partage des bonnes pratiques : les représentants de chaque pays ont pu présenter des pratiques efficaces qui ont été mises en place dans leur contexte local, en matière de durabilité et d’inclusion ; le but étant de pouvoir inspirer la mise en oeuvre de ces pratiques dans d’autres contextes.

Divisés par groupes en fonction de la thématique (information et éducation, action et responsabilisation, gouvernance, mobilité et solidarité, infrastructures), nous sommes partis de ces bonnes pratiques, pour en individuer les facteurs de réussite et les obstacles. Nous avons établi un état de lieu de ce qui existe déjà et de ce qui pourrait être développé.

En particulier dans l’atelier Mobilité et Solidarité auquel j’ai participé, les principaux points relevés ont été les suivants :

- La possibilité d’une mobilité courte de 1-2 jours afin de donner l’envie de se lancer dans une longue mobilité ;
- La question du financement, qui devrait être plus flexible en fonction des besoins spécifiques de chaque groupe de jeunes et transparents pour les travailleurs de jeunesse ;
- La possibilité d’avoir des accompagnateurs pour les jeunes avec des handicaps ;
- La nécessité d’améliorer l’information online et offline, dans un contexte d’éducation formelle et non-formelle ;
- La nécessité de simplifier le processus de demande de financement (la candidature pourrait se faire en passant par une vidéo par exemple) ;
- La possibilité de faire participer les demandeurs d’asile à des projets Erasmus+ locaux (à l’intérieur du même pays).

Chaque groupe a pu rencontrer des décideurs politiques afin d’échanger avec eux sur le travail réalisé. De manière générale, il y a eu une déception parmi les jeunes participants du fait d’avoir eu en grand majorité des représentants de la seule République Tchèque et pour la plupart des représentants du Ministère plutôt que des décideurs politiques.

Rapporteuse de mon groupe, j’ai pu présenter notre travail à Tomke Travnicek, du département de l’innovation sociale et la coopération internationale au ministère du travail et des affaires sociaux Tchèque.
Tomke a été attentive à nos propositions, en nous faisant un retour approfondi. Elle s’est montrée initialement sceptique envers notre proposition de mobilités courtes, qui à son avis ne marcheraient pas pour des jeunes venant d’un contexte défavorisé. Cependant, elle a écouté avec intérêt nos motivations soutenant cette proposition et à la fin de nos échanges, elle s’est montrée ouverte à creuser cette possibilité de mettre en place des mobilité courtes. Cela m’a apparu très intéressant car elle a fait épreuve d’une réelle écoute des jeunes.
Le travail en atelier a été très enrichissant pour moi, car les participants de mon groupe étaient des personnes très motivées et engagées, avec un grand esprit critique, sources de plein de propositions.

Les moments informels que la présidence tchèque a organisé (dîner-croisière en bateau, dîner -concert sur un rooftop) ont été aussi importants pour pouvoir se rencontrer et mieux se connaître entre jeunes déléguées, membres des ONG, ministres, animateurs des ateliers et organisateurs. Ces moments m’ont permis d’avoir des échanges plus en profondeur sur certains sujets, ainsi que de tisser de beaux liens.

Le dernier jour de la conférence, les chercheurs ont présenté un résumé du travail des 5 ateliers.
Certains des points soulevés ont été :
- La nécessité de renforcer la position des travailleurs de jeunesse, en termes d’opportunités et de salaire ;
- L’importance de cultiver la culture de la participation, en renforçant les ponts entre jeunes et décideurs politiques et en créant des espaces physiques pour le dialogue intergénérationnel ;
- Le besoin de mettre en place l’éducation civique et politique dans le cadre de l’éducation formelle ;
- La nécessité d’améliorer les infrastructures (transport public, partage de vélos, transition énergétique verte).

La conférence a été riche en échanges et perspectives pour l’avenir. En suivant ce qui avait été souligné au cours de la 1ère conférence, le président du Conseil des enfants et des jeunes tchèques Ales Sedlacek a rappelé l’importance de créer un pont entre l’éducation formelle et non formelle, dans le but d’atteindre une société inclusive.
Je terminerai sur les mots de Vladimir Balas, Ministre Tchèque de l’Education, de la Jeunesse et des Sports qui a, en ouverture de la conférence, affirmé que « les jeunes ont le potentiel de faire de l’Europe un meilleur lieu pour tout le monde ».